Le rêve de Martin Luther King


 Cahiers  En noir et blanc
Le 1er avril 2018 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Céline Teret

Le 4 avril 1968, il y a 50 ans, Martin Luther King était assassiné. Pacifiste et grand orateur, il symbolisait à lui seul la lutte pour les droits civiques des noirs aux Etats-Unis. Son discours « I have a dream » reste aujourd’hui encore gravé dans toutes les mémoires.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

4 avril 1968. Memphis, Etats-Unis. Martin Luther King, pasteur et leader du mouvement des droits civiques, est venu soutenir une grève des éboueurs de la ville. Des éboueurs qui étaient presque tous des noirs. Martin Luther King a fait le déplacement, pour défendre leurs droits, pour faire entendre leur voix, comme il savait si bien le faire. Le soir du 4 avril, il compte passer la nuit dans un hôtel. Alors qu’il sort prendre l’air, un homme lui tire dessus depuis l’immeuble d’en face. Le pasteur s’effondre. Il meurt le soir même à l’hôpital. Il avait 39 ans. Il avait consacré la moitié de sa vie à lutter contre le racisme, la ségrégation ségrégation séparation entre groupes différents et les violences subies par la communauté noire des Etats-Unis. Il rêvait que les noirs et les blancs soient égaux. Il rêvait de paix.

Martin Luther King et les droits civiques


Martin Luther King naît en 1929 en Géorgie, un Etat du sud des Etats-Unis. Elevé dans une famille de pasteurs baptistes, il grandit dans un milieu social un peu plus riche que les autres familles noires. King obtient une diplôme en théologie. En 1953, il épouse Coretta Scott. Ils auront 4 enfants.

En 1954, King devient pasteur dans une église baptiste de Montgomery, dans l’Etat d’Alabama. C’est dans cette ville qu’un an plus tard, il prend la tête du mouvement de boycott des bus. Ce mouvement soutient Rosa Parks, condamnée pour avoir refusé de laisser sa place à un blanc dans un bus. Après un an de mobilisation, la ségrégation raciale est abolie dans les bus municipaux de l’Etat d’Alabama.
Suite à cette victoire, Martin Luther King est de plus en plus connu.

Martin Luther King devient un symbole symbole Personne ou chose qui représente bien un sentiment, une idée, qui sert d’exemple

Avec d’autres personnalités noires, il crée une organisation : la SCLC (Conférence des chrétiens dirigeants du sud). Petit à petit, King devient le symbole de la lutte pour les droits civiques partout aux Etats-Unis.
La SCLC organise des campagnes pour soutenir des luttes pour les droits des noirs dans différentes villes du pays.

Un exemple : à Birmingham, en Alabama, début 1963. Pour Martin Luther King, cette ville est l’une des plus racistes du pays. Dans cette ville, 1 habitant sur 3 est noir et souvent les noirs ne parviennent pas à trouver du travail à cause de la couleur de leur peau. Il n’y a pas de policiers, pas de pompiers et pas de commerçants noirs. Très peu de noirs votent car, malgré la loi, ils ne réussissent pas à s’inscrire sur les listes électorales. Martin Luther King et son organisation décident alors de faire des actions non-violentes dans la ville. Ils font des marches silencieuses et des sit-in dans des endroits publics : bibliothèques, bars, etc. La police répond par la violence, elle utilise des chiens et des canons à eau pour éloigner les manifestants.

Mais la SCLC poursuit ses actions non-violentes. LA SCLC veut que les médias du monde entier parlent ce qui se passe à Birmingham et des violences raciales subies par la communauté noire. Finalement, Martin Luther King se fait arrêter. Le président John F. Kennedy ordonne la libération de King. La ville de Birmingham est finalement obligée de mettre fin à la ségrégation. C’est une nouvelle victoire pour Martin Luther King et la SCLC.

Homme de paix

Quelques mois plus tard, Martin Luther King et d’autres militants organisent la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté. C’est là, devant 200 000 à 300 000 personnes, que le pasteur prononce son célèbre discours « I have a dream » (J’ai fait un rêve).

Partout où il va, King appelle à l’action, mais à l’action non-violente. Ses discours font souvent référence à la religion chrétienne. Il souhaite que les noirs et les blancs s’unissent dans la paix. D’autres militants contre le racisme et la ségrégation raciale, comme Malcolm X, reprochent à King d’être trop pacifiste et trop soumis aux blancs.

Martin Luther King essaie aussi de négocier avec le gouvernement fédéral pour que la communauté noire obtienne de vrais droits. Finalement, en juillet 1964, une loi sur les droits civiques est votée et signée. Cette loi met fin à la ségrégation raciale dans tout le pays. En décembre de la même année, Martin Luther King reçoit le Prix Nobel de la Paix pour sa lutte non-violente contre la ségrégation raciale et pour la paix.

Pourtant, les violences et discriminations raciales se poursuivent. La SCLC et Martin Luther King continuent à dénoncer ces inégalités partout dans le pays. Lors de ces actions, King fera de nombreux séjours en prison. En aout 1965, la loi sur les droits électoraux est signée. Elle interdit la discrimination discrimination discrimination raciale lors des élections.

Dans l’ombre

Les nouvelles lois ne règlent pas tous les problèmes des noirs. Ils restent très pauvres et discriminés. Les noirs en ont assez de subir cette situation. Des émeutes raciales, de plus en plus violentes, éclatent dans différentes villes des Etats-Unis. Martin Luther King continue, lui, à défendre la non-violence. Il s’oppose aussi à la guerre que les Etats-Unis mènent au Vietnam. Martin Luther King sait que sa vie est en danger : il reçoit souvent des menaces de mort.

Martin Luther King est assassiné en avril 1968. Quelques mois après, James Earl Ray, un homme blanc et raciste, est arrêté. Pour éviter la peine de mort, il plaide coupable et est condamné à 99 ans de prison. Il criera ensuite son innocence, mais mourra en prison 30 ans plus tard. La famille de King continue à croire que cet assassinat serait en fait un complot et que James Earl Ray n’est pas coupable ou pas le seul coupable

Depuis 1986, le 3e lundi du mois de janvier est un jour férié aux Etats-Unis. C’est le « Jour de Martin Luther King », c’est la date anniversaire de la naissance de King.


Auteur : Céline Teret
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Femmes noires pour la liberté
Femmes noires pour la liberté
Le 26 avril 2018
Pendant plus de 400 ans, des hommes, des femmes et des enfants ont été déportés d’Afrique vers les...
Malcolm X, provocateur et controversé
Malcolm X, provocateur et controversé
Le 1er avril 2018
Malcolm X est un personnage controversé dans l’histoire des droits civiques aux États-Unis. Il...
Esclavage, l’empreinte américaine
Esclavage, l’empreinte américaine
Le 6 décembre 2017
Il y a 400 ans, des hommes, des femmes, des enfants étaient arrachés à l’Afrique pour être vendus...
Sur Facebook, Serena Williams dénonce…
Sur Facebook, Serena Williams dénonce…
Le 21 avril 2018
La célèbre joueuse de tennis Serena Williams a réagi à une bavure policière : un policier avait tué...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de