La nuit des barricades


 Cahiers  Mai, mai Paris Mai  Infographie
Le 23 juin 2018 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven

Que s’est-il passé à Paris cette nuit du 10 mai 1968 ? Avec le recul du temps, c’est amusant à lire... Mais c’était des combats de rue très violents entre étudiants et policiers, heureusement sans armes à feu.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Les violences au Quartier Latin, le quartier étudiant de Paris ont commencé le 6 mai, mais le 10 mai 1968, les étudiants construisent les premières barricades pour bloquer les rues du quartier. Parmi ces étudiants, beaucoup sont membres de petits groupes de gauche dont les anarchistes.
JPEG - 244.1 koSource Alternative libertaire

Comment cela s’est-il passé ? Les événements heure par heure donnent une idée de l’organisation des étudiants.
19 h 30 à Paris, près de la prison de la Santé, un cortège de plus de 10 000 personnes réclame la libération des étudiants mis en prison.
20 h le cortège, qui a grossi à 20.000 personnes, arrive au boulevard Saint-Germain.
20 h 40 Deux dirigeants des syndicats étudiants Alain Geismar et Jacques Sauvageot lancent le mot d’ordre d’occupation du Quartier latin.
21 h 15 première barricade barricade barrière faite de pavés et d’objets divers pour bloquer une rue et se défendre , rue Le Goff, avec quelques voitures, des panneaux d’affichage, des grilles d’arbres, des pavés. D’autres barrages s’élèvent sur ce modèle. La police reste l’arme au pied.
22 h 05 le rectorat de l’université Sorbonne reçoit une délégation d’étudiants pour négocier la libération mis en prison. Pendant ce temps les barricades se multiplient et les CRS CRS CRS pour Compagnies républicaines de sécurité, on appelle CRS, les policiers spécialisés dans le maintien de l’ordre reçoivent des renforts.
1 h 45 quand les négociations négociations discussions pour arriver à un accord s’achèvent sur un échec, le Quartier latin compte une soixantaine de barricades.
2 h 15 500 CRS, tout en restant à distance, bombardent les manifestantes et les manifestants de grenades lacrymogènes. Les insurgés, qui chantent L’Internationale ou la Marseillaise, répliquent par des jets de projectiles divers. Rue Gay-Lussac, l’air devient irrespirable.
2 h 40 la première barricade tombe boulevard Saint-Michel. Pour retarder les CRS, les insurgés incendient les barricades et des automobiles. La police utilise désormais des grenades offensives. Nombreux blessés de part et d’autre. Des centres de secours sont installés dans les zones encore à l’abri.
3 h la police enlève les barricades les unes après les autres malgré une très forte résistance. Les combats les plus acharnés se déroulent rues Gay-Lussac, Royer-Collard, d’Ulm et Saint-Jacques. Des fenêtres, habitantes et habitants jettent de l’eau sur les insurgés pour les protéger des gaz lacrymogènes . Les policiers tirent des grenades à l’intérieur des appartements.
4 h rue Thouin, les CRS reçoivent des cocktails Molotov jetés depuis les toits. Les derniers combattants se réfugient à l’Ecole normale supérieure (ENS), rue d’Ulm.
5 h 30 les dernières poches de résistance des étudiants, quartier Mouffetard, sont « nettoyées ».


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Le Quartier Latin, le quartier étudiant de Paris
Le Quartier Latin, le quartier étudiant de Paris
Le 23 juin 2018
Le premier collège s’est installé au Quartier Latin en 1253 et depuis, c’est toujours le quartier...
Mai 68 en un coup d’oeil
Mai 68 en un coup d’oeil
Le 22 juin 2018
Les grands événements de Mai 68 date par date. Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de