Femmes noires pour la liberté


Pendant plus de 400 ans, des hommes, des femmes et des enfants ont été déportés d’Afrique vers les Amériques, et surtout aux Etats-Unis. Une exposition, téléchargeable en bas d’article, nous présente le combat de femmes noires qui se sont battues pour leur liberté et pour leurs droits.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Quand on pense aux femmes qui ont lutté pour défendre leurs droits dans l’histoire, à qui pense-t-on ? Aux femmes qui ont réclamé le droit à la pilule et la dépénalisation de l’avortement. Ou aux femmes qui ont réclamé le « à travail égal, à salaire égal ». Et plus loin dans le temps, on pense aux femmes qui se sont battues pour avoir le droit de vote dès le 19e siècle. Mais pense-t-on aux femmes noires et plus directement aux femmes noires qui se sont battues contre l’esclavage ? Non, elles sont le plus souvent inconnues. Une belle exposition classique classique habituel , simple et belle nous rappelle cette histoire. Vous pouvez télécharger facilement le PDF de cette exposition en bas d’article.

Classique, simple et belle

C’est une exposition faite à l’occasion d’une journée de commémoration commémoration Cérémonie officielle pour rappeler un événement, une date importante de l’histoire des victimes de la lutte contre l’esclavage. Une exposition classique ? Oui, il s’agit d’une vingtaine de panneaux avec images et textes expliquant le sujet. Simple ? Oui, 4 panneaux expliquent clairement le contexte et l’histoire de l’esclavage. Puis, 11 panneaux présentent chacun le portrait d’une femme qui s’est battue contre l’esclavage. Belle ? Oui, les femmes présentées sont belles par leur histoire extraordinaire, leur courage dans la lutte pour leurs droits. Ces femmes sont belles et pleines de dignité dignité Respect pour un être humain . En plus l’exposition est en fichier téléchargeable sur internet. Chacune et chacun peuvent donc facilement la voir et la télécharger.

Le contexte, l’histoire

Avant de voir et de lire le portrait de ces femmes extraordinaires, l’exposition présente donc, avec cartes, images et textes simples, l’histoire de l’esclavage. Pendant 400 ans, la France, la Grande-Bretagne et le Portugal ont déporté 15 millions de femmes, d’hommes et d’enfants africains vers les Amériques. Les pays européens avaient besoin de main-d’oeuvre pour travailler dans leurs colonies. Une main-d’oeuvre d’esclaves. Sur 15 millions, 1 esclave sur 3 est une femme. Des femmes plus esclaves encore parce qu’elles sont femmes. Elles sont femmes. Les maîtres blancs les violent, parfois par la force brutale ou parfois en leur promettant la liberté pour leurs enfants. Des femmes doublement victimes donc. Femmes victimes, mais pas seulement.

Portraits de femmes

La force de cette exposition, c’est aussi de nous montrer 11 femmes résistantes à l’esclavage. Elles se battent toutes contre l’esclavage et pour la défense de leur liberté et de leurs droits.
11 femmes de différentes époques, 11 femmes ayant chacune une histoire personnelle, singulière. Cette diversité fait aussi l’intérêt de cette exposition. On apprend l’histoire de cette ancienne esclave qui est la première femme noire à gagner un procès contre un homme blanc aux Etats-Unis au 19e siècle. Et encore l’histoire de cette femme africaine qui, esclave, a su quand même transmettre sa culture d’origine à ses enfants. Il y a aussi de vraies femmes soldats, c’est le cas de Harriet Tubman.

La Moïse du peuple noir  

Harriet Tubman travaille comme esclave dans une grande plantation du Maryland, un Etat des Etats-Unis. En 1849, elle a 27 ans et elle s’évade. ce qui est déjà extraordinaire. Les esclaves qui fuyaient étaient surtout des hommes. Les femmes restaient là pour s’occuper de leurs enfants. Ensuite, elle crée un réseau pour faire évader d’autres esclaves. On estime qu’elle a permis à 750 esclaves de s’évader. On l’appelle d’ailleurs « la Moïse du peuple noir ». En 1861, au début de la guerre de Sécession, entre le Nord et le Sud des Etats-Unis, elle s’engage dans l’armée du nord anti-esclavagiste. Elle est infirmière, cuisinière et… espionne. Elle sera même la première femme à commander des troupes au combat. A la fin de sa vie, elle mènera au autre combat : la lutte pour le droit des femmes. Elle défendra cette cause avec les suffragettes noires et blanches. C’est aussi ce que montre l’exposition : des femmes fortes, exceptionnelles se battent pour leur propre liberté et leurs propres droits et, en même temps, pour la liberté et les droits de toutes les femmes, noires ou blanches.

L’exposition avec textes et images en format PDF

L’exposition a été faite par le Programme « En mémoire de l’esclavage » des Nations Unies avec le Mémorial de l’abolition de l’esclavage de Nantes, en France.

Une vidéo très pédagogique sur l’histoire de l’esclavage aux Etats-Unis

Une vidéo très ironique sur la fin de l’esclavage…


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

A la femme violée :
A la femme violée : "Allez vous excuser" !
Le 5 juin 2018
Un policier demande à la jeune femme violée d’aller s’excuser auprès de son violeur. Impossible ?...
Débats sans fin
Débats sans fin
Le 15 juin 2018
La tribune des 100 femmes a créé beaucoup de débats. Certains sont d’accord avec ce qui y est...
Les femmes face aux violences
Les femmes face aux violences
Le 18 décembre 2017
Les violences faites aux femmes peuvent prendre plusieurs formes : physiques, psychologiques,...
Hommes-femmes, pas le même salaire
Hommes-femmes, pas le même salaire
Le 6 mars 2018
Le 8 mars, c’est la journée des droits des femmes. C’est l’occasion de souligner les inégalités...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de